Tenez vous informé avec notre newsletter

Facebook

AAPPMA Saint Laurent du Pont

Tél : 06 47 74 16 34

Administratif :

aappma@lespecheursduhautguiers.fr
 

Gardes pêche :

gardes@lespecheursduhautguiers.fr

 © Julien Pouille photographies - tous droits réservés

GESTION > NOS ACTIONS > Entretien

ENTRETIEN DES BERGES

Un cours d’eau est bien plus que de l’eau en mouvement. C’est un écosystème aquatique, formé d’un milieu physique comprenant le lit, les berges, l’eau (ou biotope), et de ses peuplements animal et végétal (ou biocénose).

Les relations privilégiées existant entre le biotope et la biocénose, ainsi qu’au sein même de la biocénose, caractérisent cet écosystème et révèlent sa dynamique et sa diversité. Le cours d’eau, en tant que milieu physique, est un système en perpétuelle évolution.

 

Dans l’espace et dans le temps, il se transforme et se déplace, sous l’influence de divers phénomènes : l’érosion (lorsque la vitesse du courant est suffisamment importante) ; le transport d’alluvions (pour des vitesses moyennes) ; et le dépôt de matériaux (dès que la vitesse devient trop faible).

Le cours d’eau modifie ainsi lentement le relief des paysages. En contrepartie, sa morphologie est dépendante de facteurs tels la forme de la vallée et la nature des roches. Elle est aussi sous le contrôle permanent des évènements hydrologiques, donc du climat. Le cours d’eau, en tant que milieu de vie, abrite des espèces végétales et animales, très diverses, qui interagissent entre elles de façons variées en établissant des relations de cohabitation, de compétition, de prédation ou de parasitisme.

De plus, ces espèces ne peuvent se suffire à elles-mêmes. Pour vivre et se développer, elles ont besoin de l’énergie et des aliments qui leur sont fournis par le milieu extérieur constitué par l’eau, les sols et l’atmosphère. La composition de ces populations dépend donc étroitement des condi- tions de vie qui leur sont offertes : du courant, de la température, de l’oxygénation et de la composition chimique de l’eau, de la nature des fonds, du relief et de la végétation du bassin versant, des conditions atmosphériques. 

Plantation en berge

Le rôle important de la végétation des berges. Formant une transition entre les milieux terrestre et aquatique, la végétation des berges, non seulement recèle de nombreuses richesses biologiques, mais surtout, remplit des fonctions importantes au sein de l’écosystème d’eau courante.

Élément essentiel de cet écosystème, elle a d’autant plus d’influence que le cours d’eau est étroit.

Certaines opérations d’entretien des cours d’eau portent sur cette végéta- tion. Elles doivent donc s’appuyer sur la connaissance du rôle qu’elle joue et de ses intérêts parfois méconnus. 

Nettoyage

Curage, élagage, recépage, enlèvement des embâcles, bonne tenue des berges...le respect du bon fonctionnement des écosystèmes aquatiques réclame certaines précautions dans l’emploi de ces techniques. En effet, selon les modalités de l’intervention, les conséquences seront plus ou moins favorables pour la dynamique du cours d’eau et le développement de la végétation riveraine.

Il est donc essentiel, lors d’une intervention en matière d’entretien du lit ou de la berge du cours d’eau, d’agir de façon raisonnée, au moyen de techniques adaptées. 

Élagage

Les arbres de la rive maintiennent la berge, limitent l’érosion et apportent de l’ombre au cours d’eau.

Élaguer sélectivement les branches basses qui peuvent freiner l’écoulement des eaux, recéper ponctuellement les arbres qui représentent un danger ou les arbres morts qui peuvent créer des embâcles, les arbres remarquables doivent être conservés sauf s’ils représentent un danger. Il s’agit d’un entretien régulier, qui doit être réalisé de façon sélective, la coupe à blanc de la ripisylve est à proscrire, l’élagage peut se faire manuellement à partir du cours d’eau, mais il est préférable de l’effectuer depuis les berges.

Les plants peuvent être prélevés dans le milieu naturel ou trouvés chez des pépiniéristes. Pour une meilleure reprise, dans le cas d’un prélèvement en milieu naturel, il est important de choisir des plants bien portants et si possible trouvés à proximité de la zone de plantation.

Le choix des espèces doit se faire parmi les essences typiques des berges et autochtones. Les espèces exotiques sont à exclure, au même titre que tous les résineux et peupliers, en raison de leur enracinement superficiel inadapté à la stabilité des berges de cours d’eau. Les espèces présentées à la page suivante sont particulièrement adaptées. Elles constituent une liste de base qui peut être complétée et adaptée en fonction des espèces présentes sur chaque cours d’eau.

L’époque d’intervention : le gel et la neige sont des facteurs perturbants pendant lesquels il est déconseillé de planter. Pour vous aider, vous pouvez consulter le calendrier des interventions en fin de guide.