Tenez vous informé avec notre newsletter

Facebook

AAPPMA Saint Laurent du Pont

Tél : 06 47 74 16 34

Administratif :

aappma@lespecheursduhautguiers.fr
 

Gardes pêche :

gardes@lespecheursduhautguiers.fr

 © Julien Pouille photographies - tous droits réservés

Rechercher

LA DCE menacée ! Signez !

Qu'est-ce que la DCE ?

La Directive Cadre sur l'Eau !

Une loi au niveau Européen pour le retour au bon état écologique de nos cours d'eau, la préservation et la restauration des zones humides, les passes à poissons...

C'est l'élément majeur de la réglementation européenne concernant la protection des ressources en eaux douces, saumâtres ou salées, superficielles ou souterraines, de « transition » et côtières.

Cette directive vise à prévenir et réduire la pollution de l'eau, promouvoir son utilisation durable, protéger l'environnement, améliorer l'état des écosystèmes aquatiques (zones humides) et atténuer les effets des inondations et des sécheresses.

Dans ce cadre, les gouvernements de l’Union Européenne se sont engagés à éviter toute détérioration et à obtenir un bon état de l’eau pour la grande majorité des masses d’eau d’ici 2015 et au plus tard d’ici 2027. Mais malgré les grandes avancées qu’elle a permises l’objectif  n’a pas été atteint.

La DCE fait actuellement l’objet d’un examen standard sous la forme d’un «bilan de qualité» qui examinera la pertinence, l’efficacité, l’efficience, la cohérence et la valeur ajoutée européenne de la DCE (et de ses directives filles) et de la Directive Inondations. Cet examen inclut la consultation continue des parties prenantes et la consultation publique.


Quel est le problème ?

D’après les dernières données, 60% des rivières, ruisseaux, lacs et zones humides d’Europe ne sont pas en bonne santé. Pendant des générations, nous les avons détruits et pollués, et nous avons utilisé l’eau de façon irresponsable.

Si nous continuons sur cette voie, il y aura des répercussions dans tous les domaines  – depuis de toutes petites choses de notre quotidien considérées comme acquises, jusqu’au fonctionnement d’industries entières. Cela affectera également les innombrables espèces qui ont besoin de ces écosystèmes pour survivre.

Le droit européen sur l’eau protège nos eaux, mais certains gouvernements veulent en ce moment l’affaiblir, en profitant de sa révision.

À qui la faute ?

Tout le monde a un rôle à jouer, mais nos gouvernements ont accepté que des rivières, des lacs et des zones humides soient exploités de manière non durable, en leur causant des dommages considérables. Par exemple, les barrages et autres infrastructures (pour l’hydroélectricité, la défense contre les inondations et la navigation) interrompent l’écoulement naturel d’une rivière et peuvent empêcher les espèces de se reproduire. Autre exemple, l’agriculture non durable pollue et utilise beaucoup d’eau.

Grâce au Droit Européen sur l’Eau, les gouvernements de l’Union Européenne avaient accepté de mettre fin à cette destruction – mais ils n’ont pas tenu leurs promesses. Et pour aggraver la situation, certains veulent maintenant affaiblir ce droit !

Quelle est la solution ?

Protéger et restaurer nos milieux d’eau douce ne peut se faire sans une législation forte. En Europe, nous avons un outil puissant qui protège nos rivières, lacs, zones humides, ruisseaux, eaux côtières et eaux souterraines, c’est la Directive Cadre sur l’eau de l’UE. Elle permet que les eaux qui ont été endommagées soient restaurées, en 2027 au plus tard.

Mais, comme vous l’avez lu précédemment, de nombreux gouvernements tentent d’affaiblir ce droit. Ce serait un coup terrible pour nos rivières, lacs et terres humides, et tout ce qui en dépend.


Vous pouvez agir maintenant : dites à la Commission européenne de maintenir notre Directive Cadre sur l’Eau. Participez à la campagne “Protect Water”, en cliquant sur le lien ci-dessous, puis suivez les instructions.

https://www.ern.org/fr/living-rivers-europe/directive-cadre-eau/#tab-id-3


Plus d'informations ici

https://www.ern.org/fr/living-rivers-europe/campagne-protegeons-leau/


Aidez-nous à atteindre 200 000 citoyens signataires, pour l'eau, pour nos cours d'eau !

3 commentaires